Tournages responsables, quand les productions audiovisuelles s’adaptent aux enjeux écologiques

Aujourd’hui, les problématiques environnementales sont intégrées à tous les secteurs d’activités. Le secteur audiovisuel ne fait pas exception et l’audiovisuel dit « durable » se développe de plus en plus.

Un tournage responsable, qu’est-ce que c’est ?

La consommation de gobelets en plastique, les déplacements en avion, l’usage de pluie artificielle, etc. sont autant d’éléments polluants associés aux tournages. D’ailleurs, le bilan carbone du secteur audiovisuel est lourd. Ce secteur émet en moyenne 1 million de tonnes de CO2 par an soit l’équivalent de 410 000 fois le trajet Paris – New-York.

Les films à gros budgets dont les tournages se font aux quatre coins du monde avec des avions ou des hélicoptères sont bien plus gourmands en énergie que des films français tournés à Paris et ne nécessitant aucun long déplacement.

Le développement durable dans la production audiovisuelle est donc un sujet d’actualité ; il est au cœur des préoccupations des acteurs de la filière. Les pratiques éco-responsables des productions audiovisuelles se développent et la sensibilité écologique grandit peu à peu dans le secteur cinématographique.

Réaliser un tournage vert par rapport à un tournage classique revient à se poser la question de la responsabilité environnementale d’un film en amont du tournage.

Pour accompagner les professionnels du secteur dans ce changement, plusieurs solutions existent :

  • Utiliser l’outil Carbon’Clap, un outil mis en place par Ecoprod, une démarche collective visant à réduire l’impact environnemental de l’industrie cinématographique lancée en 2009 pour aider les acteurs de l’audiovisuel à réduire leur impact environnemental ;
  • Se rapprocher de l’association média Cub’Green, une association qui milite pour des tournages éco-responsables ;
  • Faire appel à une agence de conseils comme Secoya Ecotournage qui forme les acteurs du secteur aux gestes durables pour des tournages plus responsables ;
  • Recruter un référent « développement durable » au sein de son équipe ou du studio. Faire appel à ces spécialistes est la dernière mode venue des États-Unis. Leur rôle est de penser en amont aux économies d’énergie possibles. Parfois, certains consultants en développement durable sont même recrutés dès le scénario du film pour envisager le verdissement du film avant même de le tourner.

La production de films éco-responsables pourrait même devenir à terme une condition pour prétendre à des aides. Intégrer dès aujourd’hui cette thématique est donc un excellent moyen d’anticiper cette potentielle problématique.

Quelques exemples de méthodes pour rendre un tournage plus écologique Pour rendre un tournage plus responsable, diverses méthodes peuvent être mises en œuvre, en voici quelques exemples :

  • Imprimer les documents en recto/verso de façon systématique
  • Privilégier la dématérialisation des documents
  • Éviter les bouteilles en plastique
  • Installer un porte gobelets permettant d’éviter de les jeter
  • Éviter le gaspillage alimentaire en offrant les restes aux membres du tournage ou bien à des associations locales
  • Privilégier les visioconférences pour réduire le nombre de déplacements ou, si des déplacements doivent avoir lieu, privilégier les véhicules électriques ou hybrides
  • Réutiliser certains éléments existants pour la création des décors. Certains organismes comme « ArtStock » (région PACA) ou bien “la réserve des arts” (région parisienne) sont spécialisées dans la récupération et le reconditionnement des accessoires, costumes et décors par exemple

Ces exemples ne doivent pas omettre ce que nous évoquions précédemment, à savoir que la sobriété se joue surtout si elle est pensée lors de l’écriture, soit bien en amont du tournage.

Avantages des tournages responsables pour les studios de production

Investir dans la production audiovisuelle éco-responsable regroupe de nombreux avantages.

Mettre en place des actions responsables représente l’opportunité pour les studios de production de se différencier, mobiliser les équipes et les partenaires dans une démarche responsable mais aussi réaliser de réelles économies financières.

Pourquoi ne pas également commencer à réaliser des éco-tournages pour les films d’entreprise ?

Le développement des tournages écologiques ne devrait pas se limiter aux tournages de longs-métrages.

Les films institutionnels, les films publicitaires ou toute autre vidéo d’entreprise devraient également faire preuve de davantage de respect de l’environnement. Simon CADOT, Directeur et Réalisateur chez Mars Vidéos, agence de production audiovisuelle sur Nantes, le souligne : « les tournages de vidéos d’entreprise abordent de plus en plus les aspects environnementaux. Bien que nous ayons moins de scènes à tourner que pour un long-métrage et également moins de mises en scène à prévoir, nous ne sommes pour autant déresponsabilisés d’un point de vue écologique ».

En juin 2021, le CNC (centre national du cinéma et de l’image animée) a dévoilé son plan d’actions. L’objectif était de mettre en place de façon progressive à partir de 2022 une politique publique de transition écologique.

Toutefois, des obstacles demeurent car, si les chaînes de télévision et les diffuseurs sont intéressés par la question de la durabilité, les boîtes de production craignent de devoir gérer seules de telles démarches.

Rate this post