Gravure tsmc
Accueil High-tech Trump souhaiterait que TSMC fabrique ses SoC 2nm aux Etats-Unis

Trump souhaiterait que TSMC fabrique ses SoC 2nm aux Etats-Unis

TSMC continue à subir les pressions de l’administration Trump et de sa guerre commerciale contre la Chine. En fait, comme nous l’avons vu récemment, les fonderies taïwanaises de TSMC pourraient bientôt devoir réduire considérablement leurs relations avec leur deuxième client, Huawei (l’entreprise chinoise pèse plus de 10 % du chiffre d’affaires total de TSMC et est positionnée après d’Apple).

Les États-Unis sont préoccupés par leur sécurité, car la firme TSMC fournit non seulement toutes les grandes entreprises américaines, mais est également un partenaire du gouvernement pour les puces qui équipent les chasseurs F-35. La crainte est que l’influence de Pékin sur Taïwan, ne compromette d’une manière ou d’une autre la sécurité nationale.  C’est pourquoi les États-Unis font pression pour que TSMC délocalise une partie de sa chaîne de production vers les États-Unis.

Une ligne de production 2nm

So

Selon de nouvelles sources rapportées par le Nikkei Asian Review, il semble que l’entreprise envisage sérieusement cette option, bien qu’il y ait plusieurs points critiques en ce moment. L’idée serait de créer aux États-Unis une usine dédiée à la production de puces plus avancées que les 5 nm (comme la puce A14 du prochain iPhone 12). Il s’agit donc d’une ligne axée sur les SoC à gravure 2 nm. Des sources suggèrent que l’usine pourrait être située sur la côte ouest des États-Unis, en raison de la présence de nombreux autres partenaires de TSMC.

Toutefois, un tel choix obligerait l’entreprise à faire face à des coûts nettement plus élevés que ceux de ses lignes de production en Chine ou à Taiwan. Raison pour laquelle, une intervention majeure du gouvernement américain est nécessaire pour compenser d’une manière ou d’une autre l’augmentation des coûts due à la délocalisation. Pour donner une idée des chiffres en jeu, la construction des usines pour la prochaine ligne de gravure à 3 nm a nécessité 19,5 milliards de dollars d’investissement, montant qui passe à 24 milliards si l’on considère également les coûts de recherche et développement engagés précédemment.

Un enjeu politique avant tout ?

En bref, la construction d’une usine de 2 nm aux États-Unis n’est certainement pas à exclure. TSMC elle-même, ne le nie pas et ne le confirme pas, mais c’est une démarche qui doit être planifiée avec soin et seulement après une analyse minutieuse des sources de financement possibles pour absorber les coûts. Cependant, il semble que les États-Unis n’aient pas très envie d’attendre, puisque selon les rumeurs, il semble que M. Trump fasse pression pour que l’annonce officielle arrive avant la fin de son mandat (en novembre), histoire d’avoir une flèche à son arc en plus dans sa campagne.