Accueil Informatique Apple Silicon : le futur des PC et smartphones Apple c’est aujourd’hui

Apple Silicon : le futur des PC et smartphones Apple c’est aujourd’hui

La route d’Apple est pavée de transitions et nous avons assisté ce mardi à l’arrivée d’un nouvel élément destiné à changer, une fois de plus, le chemin emprunté par la firme de Cupertino. Après la présentation le mois dernier du dernier iPhone 12, mardi soir était la nuit où le Apple M1, le premier SoC conçu par la société californienne capable de disposer de la puissance et de tous les éléments fondamentaux pour le rendre utilisable sur ses ordinateurs (MacBook et Mac, comme nous l’avons vu), a été rendu officiel.

Du PC au smartphone : histoire

L’iPhone ou plutôt, l’OS de l’iPhone a apporté pour la première fois une nouvelle façon de comprendre ce que pourrait être un système d’exploitation adapté à un appareil mobile. Des éléments tels que Cocoa, la gestion de l’énergie, Core Animation et bien d’autres, dérivent directement de ce qu’Apple avait créé dans le passé sur OS X, au point que Steve Jobs lui-même, avait présenté initialement le smartphone en déclarant que « l’iPhone est basé sur OS X« .

Aujourd’hui, 13 ans après ces événements, nous voyons le premier pas dans une direction diamétralement opposée. En fait, tout a commencé en 2010, lorsqu’Apple a présenté le premier iPad et son SoC, le nouvel Apple A4. C’est l’ancêtre de la famille SoC qui accompagnera tous les iPhone, iPad, iPod et Apple TV au cours des prochaines années.

Après avoir travaillé en étroite collaboration avec ses partenaires (Samsung avant tout) Apple a décidé de faire un pas en avant vers un contrôle total et une efficacité maximale de ses plateformes, en venant concevoir tous les SoC en interne. Cela a conduit à la naissance des premières versions AX, plus performantes et réservées presque exclusivement (à l’exception de quelques pas sur l’Apple TV) à l’iPad.

Vers un processeur ARM

Depuis la présentation de l’iPad Pro et de son Apple A9X (nous sommes en 2015), de plus en plus de personnes parlent de la façon dont, en fait, ces processeurs ont pu rivaliser avec ceux d’Intel, du moins en ce qui concerne des aspects tels que le rapport performance/watt (donc la quantité de « performance » qu’il est possible de fournir pour une consommation donnée). Les SoC de l’iPad sont en fait particulièrement efficaces du point de vue du niveau de la puissance, qu’ils sont capables d’offrir par rapport aux solutions basse tension de la même gamme.

Et voilà où nous en sommes aujourd’hui : le savoir-faire d’Apple dans le domaine des CPU et des GPU a désormais atteint un degré de maturité tel que la société se sent prête à faire un bond en avant, abandonnant le monde traditionnel des CPU x86 pour se lancer dans le monde des architectures ARM propriétaires.

Soyons clairs, Apple n’est pas le premier à sortir un processeur ARM sur ces appareils mobiles. Il y a toujours eu des structures de serveur basées sur cette catégorie de processeurs, Google a commencé à apporter Chrome OS sur ARM. Microsoft lui-même est depuis longtemps en mesure de proposer des propositions basées sur Windows 10 ARM qui tirent parti de la puissance du SoC Qualcomm Snapdragon. Qu’est-ce qui est différent alors ?

L’aspect fondamental concerne l’ampleur du changement qu’Apple s’impose à elle-même : si pour tous les autres, il ne s’agit que de solutions marginales ou d’alternatives à celles déjà consolidées, la société Cupertino est prête à tout faire en suivant sa nouvelle architecture, en y consacrant tout son avenir. Aujourd’hui, Apple présente 3 solutions (la plus économique, donc aussi la plus populaire et la plus appréciée du grand public) mais nous savons déjà que le processus investira pleinement sa gamme de Mac d’ici 2022.

Mais qu’est-ce qui change concrètement ? Quels sont les avantages et les inconvénients de ce changement ? Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est bon de souligner qu’il y a deux points de vue différents pour envisager cette transition : celui d’Apple et celui de l’utilisateur lambda.

Apple Silicon : une sortie progressive des solutions Intel

apple silicon resume

Pour Apple, l’abandon des solutions Intel (pour les processeurs) et AMD (pour le graphisme) est une source de soulagement et de plus grande liberté d’action. Dorénavant, tous les prochains Mac seront à nouveau des appareils construits et conçus exactement de la manière.

Nous nous souvenons tous que le « divorce » entre Cupertino et IBM a eu lieu en 2006, lorsqu’Apple a annoncé le passage aux solutions x86 d’Intel. La goutte qui a fait déborder le vase, dans ce cas, a été le fait qu’IBM n’a jamais réussi à atteindre le G5 tant attendu à 3 GHz. Sans parler des problèmes en termes de consommation et de délais, qui ont empêché Apple de mettre sur le marché des MacBooks équipés de la version mobile du G5.

La société de Cupertino se trouvait donc dans la situation de ne pas pouvoir mettre à jour régulièrement sa gamme, et de ne pas pouvoir fournir le niveau de performance souhaité à ses clients. Ceci l’a amenée à rendre le passage aux solutions Intel, beaucoup plus attractif à l’époque.

Un scénario prévu de longue date

De toute évidence, le saut ne se fera pas du jour au lendemain. Le scénario Intel, a toujours été considéré comme un plan B, au point qu’OS X a été développé dès le début, bien qu’en ayant à l’esprit la prise en charge des puces Intel. Au WWDC en 2005, Jobs a annoncé la transition historique, ainsi que la présentation de Rosetta, le logiciel conçu pour servir de pont entre les mondes PowerPC et x86, car il permettait l’émulation de l’ancien code sur le matériel le plus récent.

Tout cela nous amène à aujourd’hui, ou plutôt à ces dernières années, où Apple a été à nouveau confrontée à une situation similaire à celle du début des années 2000. Le développement de nouvelles solutions Intel, a souvent été perturbé et n’a pas apporté les améliorations que la société Cupertino souhaitait pour ses produits. En raison entre autre des difficultés rencontrées par Intel, pour passer à des processus de production plus avancés tels que le 14 et le 10 nm.

Au cours des dernières années, Apple a reporté à plusieurs reprises la mise à jour de la gamme MacBook Pro en raison des retards d’Intel sur sa feuille de route ; en bref, rien de différent de ce qui s’est déjà produit. Voici donc pourquoi, du point de vue de l’entreprise, le passage à Apple Silicon représente l’une des étapes les plus importantes pour l’avenir de la maison Cupertino. Maintenant qu’un autre lien tombe, une contrainte sur le développement de nouveaux produits s’évapore, car elle décidera de sa propre feuille de route, sans avoir à recourir à des solutions tierces.

Du point de vue du produit, cela signifie que tous les Mac équipés de SoC Silicon d’Apple seront dotés du matériel nécessaire pour effectuer le type de tâches que la société mère a prévu pour chaque modèle. ET elle pourra faire tout cela, sans avoir à faire face à l’impossibilité de mettre en œuvre un accélérateur graphique spécifique, un matériel particulier pour le décodage des fichiers multimédia, un moteur neuronal spécifique, etc.

A partir de cette génération, les Macs deviennent des ordinateurs capables de se spécialiser beaucoup plus efficacement dans certaines tâches, grâce à la présence de composants adaptés à leurs besoins. Lors de la présentation de mardi, nous avons vu comment Apple a donné au MacBook Air un joli coup de pouce, notamment en termes de performances graphiques, le rendant beaucoup plus attrayant que par le passé.

Apple Silicon : du point de vue utilisateur

apple m1

Disparition de Boot Camp

Et si nous examinons la même situation du point de vue de l’utilisateur ? Dans ce cas, tout change, car la nouvelle génération de matériel apporte avec elle tant de doutes et d’incertitudes, qui ne peuvent être dissipés qu’après les avoir testés efficacement. Le passage à Apple Silicon, en effet, s’accompagne de renoncements importants, comme la disparition de Boot Camp.

L’impossibilité d’installer Windows en mode natif peut en effet être un problème pour tous les professionnels qui ont exploité les deux environnements de travail et qui ont profité de l’exécution native du système d’exploitation de Microsoft, pour lesquels il ne suffit pas de l’utiliser sur une machine virtuelle.

Il suffit de penser par exemple, à la difficulté de trouver une carte de capture vidéo qui communique correctement avec macOS, ou encore à l’absence de nombreux programmes professionnels qui ne peuvent être utilisés que sous Windows. La suppression de Boot Camp ouvre donc quelques doutes du point de vue de la polyvalence des nouveaux Mac avec le Silicon d’Apple. Apple pourra-t-il convaincre les développeurs que le moment est venu de faire des versions MacOS de leurs applications ?

Les applications

Sur le thème de l’application, cependant, il y a aussi des nouvelles rassurantes, car désormais Mac, iPhone et iPad parlent le même langage et cela signifie que la bibliothèque d’applications mobiles développée ces dernières années est prête à atterrir sur Mac sans aucun effort dans la phase de conversion. Avec Big Sur, en effet, les Macs équipés de  Apple Silicon (donc pas ceux équipés de processeurs Intel) auront accès à un catalogue d’applications plus large et cela pourrait être un avantage important pour certaines catégories d’utilisateurs.

Il suffit de penser à la possibilité d’utiliser des applications bancaires, des applications sociales, des services de messagerie, des jeux, des outils d’édition photo et vidéo, des services de streaming vidéo, des jeux et des applications dédiés à la domotique, tous accessibles depuis un environnement de bureau. Donc, si Apple Silicon introduit des doutes sur la suppression des Boot Camp, sa polyvalence pourrait être utile dans d’autres domaines.

Rosetta 2

Restant dans le domaine des applications, Apple a garanti que Big Sur sur Apple Silicon sera entièrement compatible avec tous les logiciels déjà présents sur macOS, grâce à l’inclusion de Rosetta 2. Contrairement à la première version, le nouveau logiciel de traduction est capable de traduire le code des applications lors de l’installation, par rapport au support JIT (Just in Time) de la version précédente. Cela signifie qu’après l’installation, l’application doit fonctionner en mode natif, car tout son code a déjà été adapté à la nouvelle plate-forme.

Apple suggère que les performances des applications conçues pour x86 ne devraient pas trop souffrir du passage à Apple Silicon, au point que Craig Federighi suggère que certains logiciels qui font un usage intensif du GPU pourraient même mieux fonctionner que sur les Macs équipés de processeurs Intel. Ces déclarations sont sans aucun doute intéressantes, mais elles devront être confirmées ou infirmées par les premiers tests publics.

En attendant que tous les logiciels soient convertis, nous trouverons des applications universelles (un nom qui n’est pas tout à fait nouveau pour nous) pour résoudre tout problème de compatibilité. Apple a prévu de distribuer sur l’App Store des packs comprenant du code de version pour les processeurs Apple Silicon et Intel, de sorte que seul le code nécessaire à l’exécution native soit installé, sans que l’utilisateur ait à s’occuper de plusieurs versions distinctes de la même application ou de Rosetta 2.

Et la performance ?

autonomie silicon

Ensuite, il y a le thème du rapport performance/consommation déjà mentionnée. C’est-à-dire la possibilité d’utiliser des MacBooks qui peuvent garantir un bon niveau de performance, accompagné d’une faible consommation d’énergie. Les premiers chiffres avancés par Apple suggèrent que les MacBook doté de Silicon seront capables de doubler leur autonomie par rapport aux versions Intel qui les ont précédés. Il est évident que nous ne prenons pas en compte le chiffre de 17/18 heures d’utilisation lui-même, mais le fait que ces chiffres sont le double des précédents.

Apple, en fait, est toujours très précis dans l’estimation de l’autonomie de ses appareils dans un scénario donné, donc nous pouvons considérer les rapports comme plutôt proches de la réalité. Les heures d’utilisation réelles varient toutefois beaucoup en fonction des tâches effectuées, il est donc bon de ne pas s’attendre à ce que les 17/18 heures annoncées soient valables pour tous les usages. Ils ne seront probablement valables pour personne, mais on peut supposer que la durée d’autonomie des nouveaux MacBooks sera vraiment différente de celle des modèles actuels.

Un futur important mais risqué pour Apple

Ce que nous pouvons dire à aujourd’hui, c’est que cette transition est plus intéressante que par le passé, car elle permet de passer plus hardiment du statu quo du monde x86 à l’inconnu total de celui des processeurs ARM, appliqué au monde des PC de bureau. Il ne fait aucun doute que nous sommes confrontés à un possible changement de paradigme pour l’ensemble du secteur ; comme nous l’avons dit précédemment, Apple n’est pas la première ni la seule à avoir regardé ce monde avec intérêt. Mais elle est la seule à le faire en y mettant son propre visage, c’est-à-dire en adoptant ces solutions sur ses produits phares, alors que pour les autres, il s’agit d’expériences et d’alternatives secondaires.

Dans deux ans, toute la gamme des MacBook et Mac sera peuplée par les processeurs M1 et ses successeurs, même sur des solutions haut de gamme comme les iMac, iMac Pro et peut-être même Mac Pro. Nous en saurons plus dans quelques semaines, avec les détails des premiers tests, et comprendrons peut-être déjà si la voie choisie par Apple est vraiment la bonne.