final fantasy vii remake
Accueil Jeux Vidéos Final Fantasy VII Remake : Le jeu que les fans attendaient

Final Fantasy VII Remake : Le jeu que les fans attendaient

Photo de final-fantasy-vii-remake-pour-ps4

Final Fantasy VII : Remake pour PS4

Meilleurs prix

  • amazon 39.98 € Voir amazon
  • cdiscount 47.00 € Voir cdiscount
  • fnac 49.99 € Voir fnac
  • boulanger 49.99 € Voir boulanger
Ces prix ont été actualisés le 10/08/2020 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.

Final Fantasy VII est un jeu immense, un RPG développé par Square Enix et qui permet à l’équipe en charge de pouvoir travailler avec confiance sur un titre qui peut se vendre sans difficulté autour du monde, ne serait-ce que pour le nom qu’il porte. Nous avons vécu l’annonce du Remake avec un sentiment de déception, renforcé par ce qu’on nous a proposé avec Final Fantasy XV, qui semblait n’être guère plus qu’une reskin ; puis quelque chose a changé.

Soudain, Final Fantasy VII Remake a commencé à prendre une personnalité de plus en plus marquée et bien définie. Au lieu de continuer à ressembler à un FFXV déguisé, le jeu vidéo s’est avéré plus attrayant, avec de nombreuses bandes-annonces qui anticipaient des personnages et des situations sans précédent. Un système de combat profondément différent de tout ce que Square Enix a jamais présenté et un secteur technique du plus haut niveau sont bien présents. Tout cela nous a incité à aborder le plus important remake de l’année avec une curiosité que nous n’aurions jamais pensé avoir. A ce stade, il vaut mieux mettre de côté tous les sentiments passés et se lancer tête baissée dans le jeu sans aucun préjugé.

Final Fantasy VII Remake : Les personnages

personnages

Final Fantasy VII Remake diffère de l’original en raison d’une narration plus détaillée, des événements qui se sont déroulés à Midgar. Le train de la nouvelle intrigue circule sur les voies déjà tracées en 1997, mais il permet de nombreux arrêts non prévus initialement, afin que nous puissions profiter plus lentement du contexte dans lequel Cloud et ses compagnons évoluent.

Les principaux membres du parti sont toujours les leurs : le mercenaire Cloud Strife, le patron d’Avalanche Barret Wallace, la serveuse de bar Tifa Lockhart et le fleuriste Aerith Gainsborough. A cela s’ajoutera également Red XIII, mais il n’est pas possible de le contrôler directement dans cet épisode. Nous connaissions déjà ce choix, motivé par le fait que le personnage entre en scène lors des dernières mesures du jeu, il aurait donc été peu judicieux pour nous d’investir du temps et des ressources dans son développement.

Biggs, Wedge et Jessie

En plus du quatuor de tête, le Remake explore les événements et le rôle de nombreux personnages secondaires, à commencer par Biggs, Wedge et Jessie, les 3 autres membres de l’organisation Avalanche dirigée par Barret. Il s’agit d’un groupe d’éco-terroristes qui luttent contre l’exploitation de la principale ressource énergétique naturelle par la Shinra, la seule compagnie énergétique de la planète capable de l’extraire à l’aide de réacteurs spéciaux.

Mais la Shinra n’est pas seulement une compagnie électrique ; son monopole sur l’énergie Mako (la plus puissante et la plus efficace parmi celles présentes dans le monde de la FFVII) lui a permis de contrôler chaque aspect de la vie des citoyens de Midgar, la ville hyper-technologique construite sur la base de l’exploitation du Mako. L’oppression de la Shinra s’étend donc à tous les médias, aux activités municipales, à l’armée et à la police ; la lutte de l’Avalanche est beaucoup plus large que ce que l’on peut intuitivement imaginer au départ.

Final Fantasy VII Remake enrichit encore la distribution des personnages en introduisant de nombreux personnages non présents dans l’original, bien que tous ne soient pas totalement convaincants. La principale référence est Rosche, un soldat de troisième classe (le corps spécial de la Shinra) qui joue le rôle d’antagoniste mineur dans certaines phases de l’intrigue. Malheureusement, le personnage quitte la scène assez tôt et ne réapparaît pas, même dans une phase plus avancée de l’histoire où son retour était pratiquement acquis d’avance. L’intention est probablement de l’approfondir davantage dans les prochains épisodes, mais pour l’instant son apparition n’a que peu d’intérêt.

Leslie et Chadley

Les autres personnages introduits autour de la figure de Don Corneo (patron de la pègre qui domine le Marché aux Murailles dans le secteur 6), qui ont un rôle fondamental dans plusieurs étapes de l’histoire, sont décidément plus efficaces. Parmi eux se distingue Leslie, un véritable homme du Don dont le développement sera très intéressant à suivre dans le futur, car son chemin est largement tracé lors du remake.

Enfin, nous retrouvons Chadley, un jeune garçon qui nous accompagnera tout au long de l’aventure Final Fantasy VII Remake, en nous proposant des missions et des tâches secondaires liées au développement de nouveaux sujets, ainsi qu’en nous proposant des défis supplémentaires qui nous permettent d’accéder à certaines évocations.

Midgar : La métropole du contraste social étendue

Midgar

Cloud, Barret, Tifa et Aerith ne sont pas les seuls protagonistes que Final Fantasy VII Remake nous permet de découvrir plus en profondeur. En plus d’eux, la ville de Midgar joue également un rôle très important.

Elle a été réalisée avec un soin incroyable et nous place devant une métropole crédible et densément peuplée, comme nous n’en avons jamais vu auparavant. Chaque aperçu est rempli de détails qui rappellent d’autres éléments de tous les jeux précédents (comme les panneaux d’affichage qui mentionnent la ville de Banora, centrale dans les événements de Crisis Core) et se promener dans la ville nous permettra d’entendre (et de lire !) tous les ragots et les préoccupations des citoyens qui y vivent.

Square Enix a très bien réussi à redonner le sentiment d’être à l’intérieur d’une véritable ville bourdonnante, où les PNJ parlent de tous les derniers événements et commentent leurs sentiments sur ce qui se passe. Par exemple, immédiatement après la première attaque du réacteur énergétique, nous nous retrouverons à traverser une ville en état de choc et de peur.

Pendant notre séjour dans les bidonvilles de Midgar, nous pourrons remplir des missions secondaires d’utilité publique. Au fur et à mesure que nous avancerons, les gens commenceront à nous reconnaître et à parler de nos exploits, y compris des références explicites aux missions que nous venons d’accomplir. En bref, tout Midgar, tant la partie supérieure (la partie résidentielle dédiée aux citoyens riches) que la partie inférieure, apparaît crédible et pleine de vie.

Final Fantasy VII Remake parvient également à représenter encore plus efficacement le contraste social entre les deux faces de Midgar. Les citoyens qui peuvent se le permettre vivent dans l’un des 8 secteurs de la plateforme, un énorme disque de 300 mètres de haut où l’énergie Mako est utilisée pour assurer une vie confortable et agréable. Les moins fortunés, en revanche, sont confinés dans les bas-fonds situés dans le sol sous la plate-forme. Ce sont des zones pauvres, sales et polluées, qui se voient même refuser le luxe de pouvoir voir le ciel ou le soleil naturel. La Shinra, du haut de sa bienveillance, s’en occupe en garantissant un éclairage artificiel adéquat.

Tous ces éléments sont incroyablement renforcés dans ce remake de Final Fantasy VII, qui nous emmène pour la première fois dans un Midgar où l’on peut vraiment sentir sur la peau la domination étouffante de Shinra, les problèmes des habitants des bidonvilles et leur lutte quotidienne pour la survie.

Combat : Le meilleur de la saga Final Fantasy

combats

Il ne faut pas beaucoup de mots pour décrire brièvement le système de combat de Final Fantasy VII Remake : c’est le meilleur que la série ait connu ces dernières années. Le principal mérite réside dans le fait d’avoir parfaitement fusionné certains éléments d’action du XV avec les tours classiques du jeu original ; tout se mélange et crée un système frais, dynamique, stratégique et amusant.

Pendant le combat, vous pouvez passer d’un personnage à l’autre très rapidement en utilisant les flèches directionnelles, mais vous pouvez aussi utiliser les capacités des personnages sans avoir à les contrôler. Pour ce faire, il suffit d’appuyer sur L2 ou R2 pour accéder au menu de commande du deuxième ou troisième membre. La composante action est réduite à quelques éléments : pendant les combats, nous pouvons contrôler librement le personnage actif, nous pouvons faire des attaques de base avec le carré (dont les dégâts réels sont très limités), faire des esquives avec le cercle, utiliser la capacité particulière de chaque personnage avec le triangle et parer les attaques avec R1.

En ce qui concerne les capacités, les sorts et même les objets, vous devez cependant accéder au menu de commande en appuyant sur la touche X. Cela ralentira considérablement le déroulement de la bataille (un ralentissement de 10 fois), de sorte que vous aurez tout le temps de choisir les actions à effectuer. Chacune d’entre elles nécessite la consommation d’une ou deux jauges ATB (Active Time Battle).

Jauges ATB

Les jauges ATB se chargent très lentement et automatiquement, mais nous pouvons les accélérer en effectuant des attaques de base. C’est le cœur de tout le système de combat, car l’utilisation de l’ATB est essentielle pour mener à bien toute action significative. Le temps de rechargement est généralement très court si vous pouvez toucher l’ennemi, mais il existe des situations où certains personnages ont un avantage important sur d’autres (par exemple, Cloud ne touche pas bien les monstres volants, alors que Barret peut les attaquer avec constance) et cela signifie que certains agiront plus vite (ou plus lentement, s’ils sont désavantagés) en fonction de l’ennemi auquel vous faites face.

L’exemple ci-dessus me permet de mieux expliquer la dynamique du combat : Cloud a une portée limitée contre les créatures volantes, bien qu’il puisse les frapper avec des sauts incroyables. Il est donc capable de charger ses jauges ATB plus lentement que Barret ou Aerith, puisque tous deux ont des attaques à distance. Il est donc préférable de compter sur eux pour combattre cette catégorie d’ennemis car ils peuvent générer plus d’action, donc utiliser plus de capacités, de sorts, d’objets et plus encore.

Les personnages non contrôlés ont tendance à garder les jaugess d’ATB, donc c’est toujours au joueur de donner des ordres, bien qu’il y ait certaines choses qui peuvent automatiser les processus, comme la possibilité de lancer des remèdes automatiques (mais seulement 3 par combat, au moins au début) ou d’utiliser la magie associée contre l’ennemi visé par le chef du parti.

personnage ffvii

Affaiblir ses ennemis

Dans Final Fantasy VII Remake, nous trouvons également la mécanique qui nous permet d’épuiser les ennemis pour les rendre plus vulnérables à nos attaques et temporairement incapables d’agir. C’est un phénomène récurrent depuis Final Fantasy XIII et même dans ce cas, il s’agit d’un élément clé du système de combat, car il permet de surmonter les défenses pour infliger des dommages supplémentaires.

Chaque ennemi peut être épuisé par des actions élémentaires ou des sorts vers lesquels il est faible ; comprendre quelles stratégies utiliser est fondamental, car ne pas exploiter la mécanique peut nous amener à affronter des combats longs et difficiles. Toutes les instructions sur la façon d’agir peuvent être obtenues grâce à la commande Analyse, qui nous donne également des informations en temps réel sur les points de vie restants, les éventuelles résistances, les compétences que nous pouvons apprendre et des détails sur le contexte de chaque créature. Nous passons ensuite aux compétences limites, qui sont les dernières techniques spéciales de chaque personnage. Dans ce cas également, nous avons la fameuse jauge de limite à remplir avant de pouvoir les utiliser, et vous pouvez apprendre de nouvelles techniques en les gagnant dans certaines batailles à l’arène des combats de Don Corneo.

Points de renfort

L’arène est également utile pour obtenir des objets capables d’augmenter les Points de Renfort, qui sont nécessaires pour améliorer chaque arme. Final Fantasy VII Remake, en effet, introduit la possibilité de modifier les armes pour augmenter les statistiques du personnage, ajouter des créneaux de matière et ainsi de suite.

Chaque arme rapporte la même quantité d’EPS, que vous l’utilisiez ou non, et même celles acquises plus tard dans l’histoire ont déjà tous les points que vous avez gagnés avec les autres. Les PE s’accumulent en augmentant le niveau ou grâce à des manuels spécifiques pour chaque personnage que vous trouverez à différents points du jeu. Le développement de chaque arme peut être réinitialisé en parlant à Chadley, ce qui vous permet de choisir d’autres voies de croissance.

Toutes les armes ont des caractéristiques qui les rendent plus ou moins adaptées à divers contextes et permettent également l’utilisation d’une compétence spéciale exclusive. En effectuant certaines actions, vous pouvez augmenter votre compétence avec l’arme ; lorsqu’elle atteint sa valeur maximale, vous pouvez utiliser la capacité spéciale de l’arme avec toutes les autres. En bref, c’est un processus d’apprentissage très similaire à ce que nous avons vu dans Final Fantasy IX.

Nous concluons la section consacrée au système de combat en parlant des commandes rapides, c’est-à-dire de la configuration tactique. Toutes ces compétences et sorts peuvent être très confus et difficiles à récupérer en combat, cependant nous avons la possibilité d’en choisir 4 (un pour chaque touche principale) qui peuvent être rappelés rapidement en appuyant sur la touche R1 ; pour chaque personnage nous pouvons configurer une configuration personnalisée.

L’importance de l’exploration

mission

Final Fantasy VII Remake est rempli de missions et d’événements parallèles qui nous accompagnent dans chaque chapitre et l’équipe Kitase a choisi de mélanger ces éléments afin de le rendre le moins ennuyeux possible.

Les missions

Nous trouvons 24 missions (appelées Assignations) au cours de la première partie (nous en débloquons 2 autres après avoir terminé la partie). Elles sont totalement facultatives et nous pouvons les reconnaître grâce à l’icône verte sur la carte. Leur structure est très simple et leur nature varie beaucoup : on peut se retrouver à aider une petite fille à la recherche de ses chats perdus, à nettoyer une certaine zone des monstres dangereux, ou même à explorer un donjon. Le petit nombre de missions garantit qu’elles ne sont jamais ennuyeuses et répétitives, et elles nous permettent également d’approfondir certains éléments de l’intrigue et le développement de certains personnages secondaires.

En plus des missions, nous trouvons également de véritables événements secondaires. Celles-ci sont indiquées par une icône violette qui n’apparaît que lorsque vous vous approchez de la position de départ de l’événement. Cela signifie que vous devrez les découvrir en explorant les zones de chaque carte qui s’écartent du chemin principal.

Ce choix rend encore plus intéressant le déplacement d’une zone à l’autre ; bien que le parcours soit généralement assez linéaire, chaque carte comporte des zones secondaires où se cachent des événements ou des objets utiles. Dans certains cas, vous ne pourrez retrouver les évocations que de cette manière. Le jeu nous encourage donc à ne pas courir tout droit du point A au point B, mais aussi à évaluer les éventuels détours et les routes alternatives.

Final Fantasy VII Remake nous offre également une bonne variété de mini-jeux, tels que le tir, les squats et les tractions dans le gymnase du secteur 6. On retrouve aussi un nouveau jeu où vous détruisez des caisses, pour atteindre un certain score dans le temps imparti, presque tous vous offriront des récompenses intéressantes. Les duels de motos spectaculaires ne manquent pas non plus, bien qu’ils soient intégrés dans le scénario et que nous ne puissions pas les jouer séparément, comme c’était le cas dans Soucoupe d’or.

Enfin, nous trouvons la possibilité de collecter de nombreux morceaux de musique dispersés dans les différents quartiers, qui peuvent ensuite être écoutés depuis les jukebox de la ville. Entre autres changements, je signale la disparition des points de sauvetage (que vous pouvez désormais sauver à tout moment) au profit de véritables aires de rafraîchissement. Vous y trouverez des bancs où vous pourrez vous reposer pour récupérer les HP et MP et des distributeurs automatiques où vous pourrez acheter des articles, des armes, des accessoires et du matériel.

Fin du jeu

fin du jeu final fantasy

Il faut environ 40 heures pour terminer le jeu en effectuant toutes les tâches secondaires disponibles, mais vous ne pourrez pas tout faire en une seule session. Une fois le jeu terminé, vous aurez accès au mode difficile, qui augmente considérablement la puissance des ennemis, vous empêche d’utiliser les objets (même hors combat) et bloque la récupération des PM pendant que vous vous reposez sur les bancs. Ce sont des handicaps considérables, cependant, le mode difficile est nécessaire pour accéder aux manuels qui vous permettent de maximiser la puissance des armes de chaque personnage.

Les bonus de fin de jeu vous permettent d’obtenir trois fois plus d’expérience et des points qui augmentent le niveau des sujets, ce qui rend la phase de mise à niveau beaucoup plus légère. De plus, des défis supplémentaires seront déverrouillés dans le simulateur de combat de Shinra.

Pour couronner le tout, vous pouvez choisir d’aborder chaque chapitre individuellement, ce qui vous permet de vous concentrer sur des tâches précises et de réagir différemment aux différents choix possibles, tout en conservant tout l’équipement et l’expérience que vous avez acquis jusqu’à présent. Tous ces ajouts permettent aux joueurs de revenir explorer Midgar avec de nouveaux stimuli et d’augmenter la rejouabilité du titre.

Toujours sur le sujet des modes, il est plutôt déconseillé de commencer le jeu en choisissant le mode classique ou facile. Le mode standard est accessible à tout le monde, et il n’est pas nécessaire de réduire davantage le niveau de difficulté. Le mode classique, cependant, est vraiment limité et ne permet pas de profiter pleinement du nouveau système de combat.

Secteur technique : à cheval sur l’excellence

techniques de combat

Le département technique de Final Fantasy VII Remake est sans aucun doute d’un très bon niveau, mais il n’est pas exempt de défauts.

Au moment de nos tests, le jeu en est à la version 1.00 et est clairement affecté par de fréquents ralentissements dans les textures. Il arrive très souvent que ces dernières ne soient chargées que quelques secondes après être entrés dans le champ de vision du joueur, cela se produit davantage dans les zones avec des réglages de jour, alors que celles de nuit et à l’intérieur, présentent le problème sous une forme très réduite.

Toujours au sujet des textures, il faut noter que toutes n’ont pas le même niveau de qualité, notamment en ce qui concerne certains éléments de la toile de fond, alors que ceux des personnages principaux sont excellents. Dans ce cas également, la même chose qu’auparavant s’applique : toutes les zones sombres et faiblement éclairées offrent une bien meilleure vue que celles des scénarios de jour.

Pour donner deux exemples, les rues de Midgar et du Shinra Palace atteignent des niveaux de qualité incroyablement élevés, tandis que les bidonvilles des secteurs 5 et 6 (pendant la journée) sont à des niveaux inférieurs. Dans l’ensemble, cependant, nous sommes confrontés à un RPG incroyablement soigné et plein de détails. Même la réalisation des modèles de monstres (tous reproduits de manière précise et fidèle) mérite d’être soulignée parmi les aspects positifs.

30 images par seconde

Le jeu est ancré en 30 images par seconde sur la PlayStation 4 Pro et il n’y a jamais de ralentissement ou d’incertitudes d’aucun côté, même pendant les batailles les plus dynamiques. Dans l’ensemble, le secteur graphique est du plus haut niveau et il est très probable que le jeu soit un tout premier aperçu de ce que la prochaine génération peut nous offrir de plus. Doubler la fréquence d’images, éliminer les problèmes de flux de textures (les SSD seront surement d’une aide précieuse) et augmenter leur définition ; c’est ainsi qu’il pourrait être un jeu idéal pour démarrer la prochaine génération.

Ce qui ne craint aucune critique, c’est le secteur du son : le travail réalisé pour réarranger les morceaux classiques est vraiment remarquable. Toute la musique de l’original a été adaptée et re-proposée sous une nouvelle forme qui ne conserve souvent que certains des éléments caractéristiques des originaux, avec des mélodies nouvelles et réinterprétées. En bref, le secteur audio suit lui aussi le même fil conducteur de l’ensemble de l’œuvre.

Le doublage est au contraire un aspect sur lequel il est bon de s’atarder. Le jeu vous permet de choisir entre les dialogues originaux en japonais ou en anglais, en français et en allemand. La localisation anglaise a pris la liberté d’interpréter plus librement le script original, tandis que la traduction des sous titres français le suit très fidèlement.

Cela crée une incohérence gênante entre ce que nous entendons en anglais et ce que nous lisons en français dans la VOST. Beaucoup peuvent penser que le travail d’adaptation de l’équipe française est mauvaise, mais ce n’est pas le cas. Mon conseil est de jouer en utilisant les dialogues japonais originaux ; peut-être que vous ne pourrez pas saisir leur signification, mais leur rendu est bien meilleur aussi du point de vue de l’adhérence des voix aux différents personnages. Si vous préférez le son en anglais, il est conseillé de modifier les paramètres linguistiques de votre console, de sorte que même les textes à l’écran correspondent à ce que vous entendez.

Un chef d’oeuvre en 18 chapitres

jeu-video remake

Final Fantasy VII Remake est articulé en 18 chapitres qui, en 40 heures environ (en tenant compte des quêtes secondaires disponibles), retracent tous les événements appartenant à l’arc narratif de Midgar, qui ne prend que 5-6 heures pour être complété dans le jeu original de 1997. L’équipe de Kitase a fait un excellent travail en transformant les événements qui se déroulent dans cette poignée d’heures, et en les élargissant pour en faire un jeu entièrement capable de tenir debout.

Contrairement à ce que nous avons vu dans d’autres remakes, Square a choisi de se concentrer exclusivement sur une partie de l’histoire pour l’enrichir de nombreux éléments qui ne pouvaient pas être inclus dans l’original, donnant naissance à un Final Fantasy VII qui nous permet d’explorer chaque recoin de Midgar. Et ainsi, d’approfondir le parcours des membres d’Avalanche et d’intégrer de nombreux éléments de la Compilation, qui jusqu’à présent représentait l’univers élargi de FFVII.

Au cours de 17 des 18 chapitres, l’histoire originale est suivie très fidèlement dans tous ses aspects, mais il y a aussi quelques ajouts et réinterprétations qui nous font comprendre que le jeu vise fortement à avoir sa propre identité distincte de l’original.

L’une d’entre elles, sans doute la plus significative, est la présence de mystérieux fantômes à capuche qui apparaissent déjà dans les tout premiers chapitres, dont le rôle est fondamental dans les parties de l’intrigue originale. Mais la présence de Séphiroth est également très différente de l’original ; lui aussi apparaît dans les premiers temps et joue un rôle encore plus décisif et direct dans le déroulement des événements.

En dehors de tout cela, Final Fantasy VII Remake est, pour l’essentiel, une lettre d’amour écrite par l’équipe de développeurs, à tous ses fans, qui se voient offrir la chance de faire et d’essayer tout ce dont ils rêvent depuis des années. C’est un jeu construit avec une connaissance approfondie de ce qui a été produit, écrit et filmé sur l’univers de Final Fantasy VII en plus de 20 ans. Le remake vise à combiner tous ces fils pour créer la référence pour les joueurs de cette génération, sans avoir à s’appuyer sur tout ce qui faisait partie des précédents.

Ce faisant, Final Fantasy VII Remake ne rechigne sur aucun aspect du jeu original, mais l’assimile pour le transformer et l’unifier sous une seule bannière. Mais cela entraîne aussi un changement inévitable, surtout dans les dernières étapes du titre.

Notre avis sur Final Fantasy VII Remake

Final Fantasy VII Remake est un RPG colossal, qui apporte aux joueurs une expérience incroyablement plus riche et plus complète que l’original, auquel ils tentent de rester fidèles le plus longtemps possible. Square Enix n’a pas caché son intention de réinterpréter les faits relatés dans le jeu de 1997, et ce faisant, a pris de très gros risques, dont les résultats ne viendront qu’à la fin du projet. Le RPG de Square Enix était surement aussi attendu, que le nouveau PES 2020 par les fans de football.

À la lumière de ce que le jeu offre, il est clair que le choix de diviser l’œuvre en plusieurs épisodes uniques est la seule façon d’avancer. En réalisant cette division, Square Enix a réussi à construire un jeu qui fonctionne très bien même en l’absence des autres parties fondamentales de l’histoire.

À bien des égards, Final Fantasy VII Remake est le jeu que les fans ont toujours voulu, mais que personne n’aurait jamais espéré obtenir. Par ailleurs, il nous laisse avec beaucoup de questions et de curiosité sur ce qui sera montré dans les prochains épisodes. Au terme de cette expérience, nous nous retrouvons avec les mêmes certitudes et les mêmes questions que ceux qui viennent de voir, pour la première fois, Star Wars Episode IV, Le Seigneur des Anneaux : la Communauté de l’Anneau ou Harry Potter et l’Ecole des Philosophes : la narration s’est achevée de manière satisfaisante, mais il reste encore un univers à découvrir. Reprenant le discours initial, en prenant la voie facile du Remake, Square Enix a néanmoins choisi d’oser et de prendre des risques avec son titre le plus important.

Photo de final-fantasy-vii-remake-pour-ps4

Final Fantasy VII : Remake pour PS4

Réinterprétation du RPG emblématique qui a bouleverser les codes du jeux avec ses mondes et ses personnages attachants | Système de combat hybride mélangeant actions en temps réel et combats stratégiques | Redécouvrez la mégalopole Midgar sous un nouvel angle.

Meilleurs prix

  • amazon 39.98 € Voir amazon
  • cdiscount 47.00 € Voir cdiscount
  • fnac 49.99 € Voir fnac
  • boulanger 49.99 € Voir boulanger
Ces prix ont été actualisés le 10/08/2020 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.