Accueil Maison Connectée Maison connectée : évolution des comportements et attentes des usagers

Maison connectée : évolution des comportements et attentes des usagers

La maison connectée, c’est un rêve pour beaucoup depuis que la science-fiction l’a mise en scène. Si les récentes avancées technologiques ont plus que jamais rendu la chose possible, la maison intelligente n’est pourtant pas pour demain. D’après une étude en ligne sur la maison connectée menée par EY sur près de 10 000 personnes dont 2500 en France, 41% des répondants aimeraient contrôler leur domicile grâce à leur smartphone, mais à peine 26% d’entre eux sont au courant des avancées récentes de la domotique… et 84% des sondés trouvent de toute façon les objets connectés trop chers. Alors, comment concilier le rêve et la réalité ?

Un bref historique de la maison connectée

L’idée d’une maison automatisée ne date pas d’hier et il est d’ailleurs difficile de retrouver son origine exacte. Pourquoi ne pas prendre comme repère le premier bateau miniature télécommandé réalisé par le célèbre Nikola Tesla en 1898 ? On trouve les premières idées de domotique au début du XXème siècle aux USA dans le domaine de l’électroménager, jusqu’à l’arrivée du microprocesseur dans les années 70. Le terme « smart home » émerge aux États unis en 1984. Les premiers projets des années 90 visent principalement à améliorer le confort de vie des personnes âgées et de celles en situation de handicap. Dans tous les cas, les avancées de la technologie et en particulier l’essor d’internet dans les foyers, puis l’apparition du smartphone, ont accéléré le mouvement.

Et pourtant, la domotique n’a jamais vraiment réussi à rencontrer son public. Il semble que les prix prohibitifs des équipements, la complexité de leur mise en oeuvre et surtout la prolifération des offres, contribuent à la confusion générale des prospects. Quand on est entrepreneur dans le domaine de la maison connectée, cerner les attentes de ses clients peut être complexe. Alors, comment éviter des échecs qui coûtent cher ? Comment bien mesurer les attentes des usagers ?

Mieux connaître son public

C’est une évidence, mais il est toujours bon de le rappeler : il est crucial de connaître sa cible sur le bout des doigts. Vous pouvez vous rendre dans la rue et interroger les gens un par un, mais aujourd’hui, avec les enquêtes d’opinion dématérialisées, c’est tellement plus simple ! Il suffit pour connaître l’opinion des prospects de se rendre sur l’outil en ligne pour créer facilement un sondage et l’envoyer d’un clic par email à des milliers de contacts. Des statistiques fines qui se basent sur un échantillon représentatif et des questions non biaisées permettent d’obtenir des réponses véritablement fiables, sur lesquelles l’entrepreneur pourra s’appuyer.

Dans le secteur de la domotique, l’analyse de ces données permettra d’éviter des échecs en mettant en lumière une inadéquation entre l’offre et le public cible par exemple.

Poser les bonnes questions

L’enquête d’opinion permet en effet de mieux cerner les attentes de la cible, en commençant par déterminer précisément à qui on va envoyer l’enquête. Dans un premier temps, il est nécessaire de rassembler les contacts d’un public qualifié : âge, sexe, niveau d’études, catégorie sociale, etc., et en quantité suffisante pour être représentatif, afin de ne pas biaiser les résultats.

Une fois l’échantillon déterminé, il faut se pencher sur la formulation des questions qui doit être très précise : il s’agit de recueillir l’avis réel des clients et de ne pas orienter les questions. En effet, la réussite du projet de maison connectée ne sera garantie que si les réponses des sondés à l’enquête sont franches et valides ! Trouver la bonne formule demande un peu de travail, mais le résultat en vaut la peine.

Les outils de sondage en ligne sont particulièrement puissants, en permettant toutes sortes de questions et de réponses. Il peut s’agir d’une simple case à cocher, d’un choix qui en exclut un autre, de choix multiples, de questions ouvertes, de réponses détaillées avec limite maximale de caractères, d’échelles, etc. Le questionnaire peut être court, long, anonyme, privé, accessible au public au moyen d’un lien… Autant de façons de mesurer les attentes de ses clientsavec précision !

Une fois les réponses obtenues, il faudra encore les trier et en tirer des statistiques pertinentes, ce qui peut également se réaliser grâce aux outils de sondage en ligne. Toutes sortes de graphiques et de camemberts permettent en effet une représentation efficace et lisible des résultats, avec un tri fin par qualité, par question, etc.

Maison connectée : ce qui a changé dans les comportements

D’après l’étude de EY sur la maison connectée, les nouvelles technologies s’invitent de plus en plus dans les foyers français, mais en parallèle, on voit aussi émerger la volonté de passer moins de temps en ligne. C’est un comportement qui a changé et qu’il faut prendre en compte quand on porte un projet domotique. Par exemple, il faudrait que le service ou le produit soit simple à utiliser, intuitif et surtout qu’il ne demande que peu de temps d’attention.

L’arrivée massive du smartphone a aussi changé les habitudes. Si le PC familial reste la principale porte d’entrée d’internet dans les foyers, le smartphone est un accessoire dont l’usage ne fait que croître. Les millenials ne décrochent plus et les boomers s’y mettent volontiers ! Le passage du projet de maison connectée par une application pour téléphone intelligent semble être incontournable pour en faire un projet d’avenir. Cependant, malgré l’hyperconnectivité aux réseaux sociaux et la tendance des actifs à être à l’affût de la moindre info, peu nombreux sont ceux qui s’informent réellement des avancées technologiques en matière de maison intelligente.

Une piste à creuser pour les porteurs de projet : le manque d’information du public semble être une des clés des échecs passés. Au moyen d’enquêtes en ligne précises et bien conçues, il est possible de mesurer exactement le taux d’information de la cible, ainsi que les moyens de la toucher. Un sondage plus poussé de la clientèle potentielle pourra mettre en lumière quel canal de communication elle priorise (MMS, notification smartphone, email…), et quel format de message elle préfère, par exemple la vidéo courte.

De cette manière, l’entrepreneur en technologies domotiques pourra mieux cibler son offre, créer des vidéos pédagogiques pour démocratiser l’usage d’équipements et d’applications innovantes, etc. En « éduquant » la clientèle cible et en proposant des offres en réelle adéquation avec les attentes du public, le succès sera forcément au rendez-vous.