galaxy store
Accueil Téléphonie Google Wear OS et Translate arrivent sur le Samsung Galaxy Store

Google Wear OS et Translate arrivent sur le Samsung Galaxy Store

Deux application signée de font leur entrée dans le Samsung Galaxy Store (l’app store virtuel qui se trouve sur tous les smartphones de la société sud-coréenne). Il s’agit des applications Google Wear OS et Translate. Ce sont des applications officielles, créées et publiées par Google lui-même. Translate, est le traducteur multilingue de la firme de Mountain View et Wear OS est un système d’exploitation qui permet de relier un smartphone à un objet connecté, comme une montre connectée. La nouvelle remonte à quelques heures pour l’application Wear OS, qui est visible publiquement depuis aujourd’hui sur le store, mais apparemment déjà sur le marché depuis un certain temps.

wear OSEn l’absence de communications officielles des deux entreprises concernées, nous n’avons pas d’autre choix que de spéculer sur le sens de cette démarche. Il est évident que Google a intérêt à faire pression sur son app store Android, le Play Store, et que jusqu’à présent, il a été très conservateur dans la publication de ses logiciels sur d’autres plateformes. A la seule exception, pratiquement de l’App Store d’Apple. Nos confrères de 9to5google, qui ont été les premiers à découvrir l’arrivée de Wear OS, spéculent sur une relation avec le marché chinois, où le Play Store de Google n’est pas présent. Cette théorie est plausible, dans la mesure où la description par défaut de l’application, est en langue chinoise. Notons également que le nom du paquet s’appelle : com.google.android.wearable.app.cn.

Une autre théorie intéressante, mais certainement moins fiable, est que jusqu’à il y a quelques mois, il y avait des rumeurs sur l’arrivée possible d’une smartwatch Samsung basée sur Wear OS. La publication de l’application officielle pourrait être le vestige de ce projet, qui (au moins jusqu’à présent) ne s’est jamais concrétisé. Peut-être, comme l’a fait Xiaomi, Samsung essayait-il de créer une interface personnalisée qui distinguerait le système d’exploitation de la concurrence. Bref, pour l’instant, nous ne pouvons que spéculer autour de théories, dans l’attente d’une éventuelle communication officielle des principaux intéressés.