Accueil Téléphonie OnePlus 9 Pro, DxOMark met l’appareil photo à l’épreuve

OnePlus 9 Pro, DxOMark met l’appareil photo à l’épreuve

Le OnePlus 9, et surtout le OnePlus 9 Pro, sont la première véritable tentative de l’entreprise de pousser l’appareil sur un aspect qu’elle a historiquement sacrifié, dans une certaine mesure, afin de garantir l’excellent équilibre entre le matériel et le prix qui a permis à la marque de se développer au fil des ans : nous parlons de la caméra.

Cette fois, OnePlus a voulu être sérieux, et en suivant un peu  » les traces de la collaboration entre Huawei et Leica (qui après tant d’années semble avoir pris fin), pour la réalisation du secteur photographique de son haut de gamme a travaillé en synergie avec un nom fort de l’industrie, ou Hasselblad « . L’objectif annoncé était ambitieux dès le départ, à savoir « faire passer la photographie mobile au niveau supérieur ». Mais a-t-elle réussi en fin de compte ?

Comme nous vous l’expliquions dans notre critique du OnePlus 9 Pro, assurément, la montée en gamme par rapport aux autres produits de la marque est remarquable, et positionne le smartphone tout près du sommet de l’industrie. DxOMark a décidé qu’il était temps d’examiner de plus près les performances photographiques du OnePlus 9 Pro, et de voir à quel point l’écart avec le sommet a été réduit.

Les résultats

Avec un score global de 124 points, le 9 Pro se situe en dehors du top 10, mais pas de beaucoup, occupant la 14e place derrière l’iPhone 11 Pro Max, mais par exemple au-dessus de la version Samsung Galaxy S21 Ultra 5G Snapdragon, qui est plutôt 16e.

La gamme d’appareils photo du OnePlus 9 Pro se compose d’une caméra selfie Sony IMX471 de 16 MP et d’une quadruple caméra arrière avec un capteur Sony IMX789 de 48 MP, un capteur Sony IMX766 ultra-large de 50 MP avec AF, un téléobjectif de 8 MP avec grossissement optique 3,3x, et enfin un appareil photo monochrome de 2 MP.

Les points forts mis en évidence par DxOMark seraient dans le rendu des couleurs, la luminosité, la balance des blancs. Et encore, le niveau de détail des clichés est élevé en moyenne, notamment en ce qui concerne les photos d’extérieur, l’autofocus était rapide et précis lors de l’enregistrement vidéo, qui bénéficie également d’une stabilisation efficace.

Cependant, il y a aussi quelques zones grises : l’autofocus a des hésitations dans des conditions d’éclairage extrêmes (à la fois excessives et mauvaises), et la mise au point au téléobjectif est  » tremblante  » à moyenne et longue portée, de même qu’il y a une certaine instabilité dans l’exposition des photos et des vidéos, ainsi que des erreurs dans la balance des blancs dans les vidéos capturées dans de mauvaises conditions d’éclairage.