Accueil High-tech Netflix et YouTube, l’Europe demande de limiter la qualité du streaming

Netflix et YouTube, l’Europe demande de limiter la qualité du streaming

La propagation du Coronavirus (COVID-19) modifie profondément les habitudes de la population et, malheureusement, ne peut plus être considérée comme un problème limité à une zone géographique spécifique. L’obligation de rester à la maison pour des millions de personnes, pour contrer la propagation du virus a entraîné une augmentation du trafic Internet significatif. Une partie peut être attribuée aux activités télétravail et d’apprentissage en ligne pour les élèves. Toutefois, il semble que supplémentaires les sessions de jeux en ligne, la visualisation de contenus en streaming ou les achats en ligne captent également une bonne partie de la bande passante Internet ces derniers jours.

L’Europe prend note de l’augmentation de la quantité de données circulant sur le réseau ces jours-ci. Elle demande aux opérateurs des principales plateformes de streaming d’évaluer la possibilité de réduire la qualité du service afin de ne pas perturber le réseau Internet, en compromettant la performance des activités fondamentales (comme le travail à distance ou les services de santé à distance). L’appel de l’Europe est partagé, les opérateurs téléphoniques étant invités à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer un accès régulier à l’internet.

Une prise de responsabilités attendue

L’Europe demande aux plateformes de streaming telles que Netflix et YouTube d’envisager la possibilité de fournir le service de streaming uniquement dans une résolution standard, en occultant la possibilité d’accéder à la haute définition (4K par exemple). Dans le même temps, elle appelle les utilisateurs à consommer leur data de manière responsable.

Aucune mesure spécifique n’a encore été prise par les opérateurs de plateformes de streaming mais, selon Reuters, M. Breton a déjà contacté le PDG de Netflix, Red Hastings, pour demander au moins un passage à la définition standard aux heures de pointe. La position prise par l’Europe intervient lorsque Vodafone a signalé une augmentation massive du trafic de données lors de la pandémie du Coronavirus (+50% sur certains marchés). En France, un des pays européens les plus touchés avec l’Italie et l’Espagne, à être frappée de plein fouet par la pandémie. Certaines études réalisées, montrent à quel point le trafic de données WiFi a augmenté depuis le début du mois de Mars…