switch
Accueil Jeux Vidéos Nintendo : Le président Furukawa s’excuse pour le Joy-Con Drift sur Switch

Nintendo : Le président Furukawa s’excuse pour le Joy-Con Drift sur Switch

La Nintendo Switch est une console solide, dans la tradition du géant de Kyoto, mais on ne peut pas en dire autant de son Joy-Con. Le président Shuntaro Furukawa, lors d’une récente séance de questions-réponses avec les actionnaires, a évoqué le désormais tristement célèbre problème du Joy-Con, qui, après des années depuis le lancement de la console en mars 2017, fait toujours rage. M. Furukawa a déclaré que Nintendo s’excuse pour ce qui s’est passé et dit qu’elle travaille à l’amélioration de ses produits, mais qu’elle ne peut pas ajouter grand-chose sur le sujet, en raison des poursuites judiciaires engagées aux États-Unis. Voici ce qu’il a déclaré :

« Quant au Joy-Con, nous nous excusons pour les désagréments causés à nos clients. Nous poursuivons l’amélioration de nos produits, mais comme le Joy-Con fait actuellement l’objet d’une action collective aux États-Unis, et qu’il y a toujours un procès en cours, nous préférons éviter de répondre en nous référant à des actions spécifiques sur le fond. »

Mais qu’est-ce que le Joy-Con Drift ?

Les propriétaires de Switch, le connaîtront-ils sûrement, pour l’avoir vécu de près ou avoir des amis qui en ont été victimes. C’est, en bref, le joy-con gauche se retrouve décalé sur le côté, générant de nombreuses problèmes d’ergonomie et de prise en main. Un défaut structurel qui compromet sérieusement l’expérience de jeu, et qui n’a jamais été résolu ces dernières années. Ce n’est en fait pas un problème qui touche seulement les toutes premières unités produites de Switch, mais toutes, jusqu’à la légère révision de 2019. Le problème touche surtout le Switch Lite, dont les commandes sont intégrées dans le corps de la console. Tout cela n’a cependant pas empêché la Nintendo Hybrid d’obtenir d’excellents résultats sur le marché.

Au fil du temps, Nintendo s’est déjà intéressé à la question, mais celle du président Furukawa ; bien qu’il ne s’agisse que d’une déclaration non officielle ; reste l’intervention la plus proche d’une excuse officielle enregistrée à ce jour. En bref, il semble que l’action collective américaine ait fait bouger les choses. On espère que les consommateurs seront mieux protégés au final. Et qu’à Kyoto, ils ont peut-être sérieusement travaillé à une refonte des contrôleurs, pour éliminer la vulnérabilité liée aux boutons analogiques.